Faillites de banques américaines, au tour de First Republic Bank

Les clients provoquent eux-mêmes la faillite de leur propre banque, un monde devenu complétement fou !

Publié le

Annonce

🎁 Meilleure offre épargne sans risque du moment

Placez votre argent sans risque ! Sans changer de banque, sans avoir à ouvrir un compte courant Monabanq, le compte rémunéré Rentabilis Monabanq (Crédit Mutuel Alliance Fédérale) est sans contrainte. Totalement gratuit. Le taux proposé est de 5 % brut durant 3 mois, jusqu’à 150.000 € de dépôt. Totale liberté pour votre capital. Calcul des intérêts au jour le jour.

Après SVB, au tour de First Republic Bank de connaître les foudres d’un Bank Run. Une majorité de clients se précipitant pour retirer leurs avoirs, alors que le risque réel de faillite n’était pas avéré. Mais c’est trop tard, le mal est fait. La confiance n’est plus là, la banque devrait être contrainte de fermer ses portes. Aucun client ne devrait perdre de l’argent.

Le saviez-vous ? Bank run, ruée bancaire, panique bancaire ou course aux guichets : c’est avant tout un phénomène auto-réalisateur, dans lequel un grand nombre de clients d’une banque craignent qu’elle ne devienne insolvable et en retirent leurs dépôts le plus vite possible, provoquant de fait sa faillite.

L’injection de 30 milliards de dollars des banques partenaires n’aura pas suffit

Rien ne peut faire face à la panique des clients. 30 milliards de dollars de dépôts non assurés de la part de 11 grandes banques américaines ont été injectés. Cette initiative émanait de plusieurs établissements de premier plan, à savoir Bank of America, Citigroup, JPMorgan Chase, Wells Fargo, Goldman Sachs et Morgan Stanley, mais aussi de banques de second rangs telles que Bank of New York Mellon, PNC Bank, State Street, Truist et U.S. Bank. Mais cela n’aura pas suffit. Avec les réseaux sociaux, le moindre mouvement de panique se transforme en tsunami. Rien de rationnel, juste des mouvements de craintes. La banque First Republic ne risquait pas de faire faillite pour des investissements mal gérés, comme la SVB.

First Republic Bank

First Republic Bank est une banque régionale et une société de gestion de patrimoine. Opérant principalement sur les côtes Ouest et Est des USA. First Republic Bank propose des services bancaires aux particuliers et aux entreprises et fournit des services de gestion de patrimoine dédiés aux particuliers fortunés via ses filiales First Republic Wealth Advisors et First Republic Investment Management. Proposant de nombreux fonds en Private Equity, la faillite de SVB a poussé les analystes à revoir les valorisations de ces investissements restent incertaines. En outre, First Republic Bank est également impliquée dans des services de courtage par le biais de First Republic Securities Company LLC et des services de fiducie par le biais de First Republic Trust Company.

Fermeture de la banque

L’autorité fédérale américaine de garantie des dépôts bancaires (FDIC) s’apprête à fermer la banque régionale First Republic, a déclaré vendredi une personne au fait de la question. Le régulateur bancaire estime que la position de l’établissement s’est détériorée au point qu’il est trop tard pour renflouer la banque via le secteur privé, a dit cette source requérant l’anonymat.
First Republic a annoncé lundi que sur les trois premiers mois de l’année, ses dépôts ont chuté à 104,47 milliards de dollars contre 176,43 milliards au quatrième trimestre 2022. Plusieurs grandes banques américaines ont injecté 30 milliards de dollars dans First Republic en mars dernier pour tenter d’éviter un effet domino après les faillites en cascade de Silicon Valley Bank, Signature et Silvergate. La Réserve fédérale a publié vendredi une analyse accablante sur son incapacité à identifier les faiblesses de Silicon Valley Bank (SVB) avant sa faillite et s’est engagée à renforcer la réglementation à laquelle sont soumises les banques américaines.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Faillites de banques américain Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Faillites de banques américaines, au tour de... : à lire également

Faillites de banques américaines, au tour de... : Mots-clés