L’ombre du greenwashing, principal frein du développement des placements responsables

L'ombre du greenwashing, principal frein du développement des placements responsables
© stock.adobe.com
La crainte de subir le greenwashing serait en hausse, principal frein à de nouveaux investissements sur des placements durables.

Publié le

Placer sans risque : le fonds EURO+, le meilleur du marché

Le fonds en euros EURO+ proposé par Swiss Life a publié une performance annualisée remarquable de + 4.10 % en 2023, sans le moindre bonus de rendement. Ce fonds euros est accessible en exclusivité via le contrat d’assurance-vie monosupport Placement-direct EURO+. Aucune contrainte d’investissement sur des unités de compte ne pourra donc exister. Sans frais sur les versements, ce contrat EURO+ peut être considéré comme étant le meilleur plan épargne sans risque sur 2024.

Sans surprise, la dernière enquête biannuelle publiée par l’AMF confirme l’attrait de la finance durable aux yeux des épargnants.

Finance durable : les épargnants de plus en plus intéressés

Les moins de 35 ans sont les plus nombreux à juger ces placements intéressants. Ils représentent la moitié des investisseurs ayant souscrit à des fonds durables depuis 2022. L’étude, réalisée en avril 2023 par l’institut OpinionWay, auprès d’un échantillon de 2 000 personnes représentatif de la population française majeure, montre que la connaissance et l’intérêt des Français pour les placements durables ont progressé par rapport à la précédente enquête menée en juin 2021.

Développement durable, au-delà du LDDS

Deux tiers des Français accordent de l’importance aux enjeux de développement durable, y compris dans leurs choix d’épargne : 54 % disent les prendre en compte dans ce contexte et 75 % considèrent l’impact des placements sur l’environnement comme un sujet important. Dans l’ensemble, la notoriété de cet univers financier s’est améliorée : les sondés sont 57 % en mesure de définir ce que sont des placements durables (+5 points), 50 % à connaître au moins de nom l’investissement socialement responsable ou ISR (+3 points), 49 % les critères environnementaux, sociaux ou de gouvernance ou ESG (+5 points).

Critères de choix d’un placement durable

Si les trois premiers critères de choix d’un placement demeurent la sécurité, la rentabilité et la disponibilité, 44 % des Français pensent que les placements durables ou responsables sont « intéressants » (comme en 2021), avec un écart générationnel important : ils sont 58 % chez les moins de 35 ans et même 61 % chez les 18-24 ans, une tendance en nette hausse. Les moins de 35 ans sont aussi plus nombreux (42 %) à avoir une bonne image de ce type de placements que les plus de 65 ans (24 %) et à envisager d’y placer à court ou moyen terme une partie de leur épargne (44 %, contre 15 %).

Des encours de plus en plus étoffés

L’enquête indique que la détention de ces placements a également progressé. Près d’un Français sur 5 déclare posséder au moins un placement « en lien avec le développement durable » (19 %, en hausse de deux points par rapport à 2021). Toutefois, ces placements restent très largement minoritaires.

Les placements responsables restent minoritaires (c) OpinionWay pour AMF

Il s’agit majoritairement de placements collectifs, d’actions ou d’obligations achetées en direct et du livret de développement durable et solidaire (LDDS). En retirant ce livret d’épargne réglementée, qui sert à financer des prêts aux petites et moyennes entreprises et ne constitue pas un placement responsable investi en instruments financiers, le taux de détention s’élève à 13%. Concernant les détenteurs de fonds responsables (8 % des sondés), plus d’un quart a investi récemment, en 2022 ou début 2023. La moitié de ces nouveaux investisseurs en fonds durables a moins de 35 ans. Les femmes représentent aussi la moitié des récents souscripteurs.

Les labels ISR et GreenFin toujours aussi flous

Là encore, rien de bien nouveau. Les labels fléchant les placements durables et responsables restent flous pour la majorité des épargnants. Les impacts réels ne sont pas clairs et entretiennent le doute. Le manque de transparence des labels joue en leur défaveur.

Labels : une confiance modérée (c) OpinionWay pour AMF

Greenwashing : les craintes augmentent

C’est désormais un argument marketing, ces placements durables posent question. Là encore, le manque de transparence et d’impacts quantifiables et mesurables. Ainsi, par rapport à la précédente édition du sondage, la crainte du greenwashing a augmenté de 5 points ce qui marque que les effort de communication effectués n’ont absolument rien changé. Les épargnants souhaitent du concret et force est de constater que personne ne peut chiffrer réellement les réels impacts de ces placements labellisés.

La crainte du greenwashing a augmenté depuis ces 2 dernières années (c) OpinionWay pour AMF

Greenwashing : Le greenwashing désigne une apparence trompeuse sur le caractère véritablement durable et responsable du placement. Ainsi, le greenwashing consiste à utiliser abusivement un positionnement ou des pratiques écologiques à des fins marketing et/ou commerciales. Le greenwashing peut par exemple se faire par des publicités trompeuses ou par le fait d’arborer des labels verts non officiels.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article L'ombre du greenwashing, Publiez votre commentaire ou posez votre question...

L’ombre du greenwashing, principal frein du... : à lire également

L’ombre du greenwashing, principal frein du... : Mots-clés