Perte de pouvoir d’achat des retraités depuis 10 ans : les pensions AGIRC–ARRCO revalorisées de seulement 67% de l’inflation

Sur 10 ans, les revalorisations des pensions de retraite Agirc-Arrco sont inférieures de 33% à l’inflation.

Publié le , mis à jour le

Annonce

🎁 Meilleure offre livret épargne du moment

Placez votre argent sans risque ! Taux boosté de 4% brut pendant 4 mois, puis taux standard de 3% brut, soit la meilleure offre de livret épargne actuelle pour ce mois de février (taux équivalent annuel de 3.33% brut). Bénéficiez de + 80 euros supplémentaires offerts, sous conditions, en ouvrant votre livret épargne DISTINGO Bank avant le 29 février 2924.

Correction : D’après le calculs des actuaires de la caisse AGIRC-ARRCO, l’écart entre l’évolution de la valeur de point, en moyenne annuelle, entre 2010 et 2021 et celle de l’indice des prix à la consommation sur la même période est de 33 % et non 50%. Autrement dit, par rapport à une base 100 en 2010, la valeur de point a augmenté de 7,4 pts en cumul sur la période 2010-2021, tandis que l’IPC a augmenté de 11,0 pts en cumul sur la même période, soit un écart de seulement 3,6 points sur une période de 11 ans. Cela représente un écart limité à 0,3 point en moyenne annuelle sur la période.

Des revalorisations des pensions près de deux fois plus faibles que l’inflation

Sur 10 ans, les revalorisations des pensions de retraite Agirc-Arrco sont inférieures de 30% à l’inflation. De 2011 à 2021, la valeur du point, servant de base au calcul de la pension de retraite complémentaire a été revalorisée de 5,71 % pour les salariés (ex- Arrco) et 5,50 % pour les cadres (ex-Agirc) alors que l’inflation a augmenté de 9,88%. L’Agirc- Arrco a fixé à 1 % la revalorisation des pensions de retraite complémentaire des anciens salariés du privé, soit 0,5 point en dessous de l’inflation actuelle, comme le permet l’avenant de juillet 2021. Cette décision prise par les partenaires sociaux pour rétablir l’équilibre financier du régime impacté par la crise sanitaire a un effet négatif pour les retraités, qui, depuis 10 ans, ont subi plusieurs sous revalorisations des pensions complément aires. Sapiendo, expert retraite, a calculé l’effet de ces sous-revalorisations par rapport à l’inflation pour les 13 millions de retraités du régime.

Perte de 4% de pouvoir d’achat pour les cadres

De 2011 à 2021, le cumul des revalorisations est inférieur de près de la moitié à l’inflation entrainant un manque à gagner de près de 4% sur leur retraite complémentaire. «  Cette sous-indexation résulte d’une obligation d’équilibre financier, qui pèse sur le régime complémentaire des salariés du privé. Face au vieillissement de la population, on doit agir. Diminuer les pensions des retraités est un des leviers du trio infernal : augmentation des cotisations, recul de l’âge de départ, diminution des pensions. En revanche, dans un souci d’équité et de transparence, les efforts doivent être homogènes entre tous les régimes de retraite. Il sera intéressant de suivre les politiques adoptées par les autres régimes de retraite (régime de base des salariés, régime complémentaire des salariés du public, régime de la fonction publique). » commente Valérie Batigne, fondatrice et Présidente de Sapiendo.

Perte de 3.7% de pouvoir d’achat pour les non-cadres

Pour les salariés (non-cadres), les revalorisations de leurs pensions complémentaires sont 42,22 % inférieures à l’augmentation des prix, représentant une perte financière sur la partie complémentaire de 3,70%.

Exemple : En 2011, 1 000 points de retraite Arrco donnaient droit à une pension de 1213,50 €. En 2021, ces mêmes 1 000 points donnent une pension de 1284,10 €, soit une augmentation de 5,71%. Alors que parallèlement, l’inflation a progressé de 9,88 %, soit un écart entre la revalorisation et l’inflation de 42,22 %. Si les pensions avaient suivi l’inflation, le montant aurait été de 1333,44 €, alors qu’il est de 1284,10 € soit une perte pour le pensionné de 49,34 € par an, représentant 3,70%.

Pour les cadres, le cumul des revalorisations est 44,31% inférieur à l’inflation, soit un écart plus important que pour les non-cadres (42,22%). Certes depuis la fusion Agirc-Arrco, en 2019, l’évolution de la valeur du point est identique pour les cadres et les salariés mais sur la période 2011 à 2018, les revalorisations du point Agirc ont été moindres. Ainsi, ils accusent une perte nette de 3,99% sur la partie complémentaire spécifique aux cadres (ex-Agirc).

Exemple : En 2011, 1 000 points de retraite Agirc donnaient droit à une pension de 423,30€. En 2021, ces mêmes 1 000 points donnent une pension de 446,60 €, soit une augmentation de 5,50%. Alors que parallèlement, l’inflation a progressé de 9,88 %, soit un écart entre la revalorisation et l’inflation de 44,31 %.

Si les pensions avaient suivi l’inflation, le montant aurait été de 465,14 €, alors qu’il est de 446,60 € soit une perte pour le pensionné de 18,54 € par an, représentant 3,99%. Un écart qui se ressent d’autant plus que la retraite complémentaire représente jusqu’à 2/3 de la pension totale des cadres, ingénieurs et autres techniciens.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Perte de pouvoir d'achat Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Perte de pouvoir d’achat des retraités depuis... : à lire également

Perte de pouvoir d’achat des retraités depuis... : Mots-clés